Logo
une libertine

 



Le réseau social pour le libertin immodéré
et la libertine sans tabous

inscription



La rencontre pour les libertins et libertines adeptes des jeux sexuels et des plaisirs charnels.
Petites annonces gratuites, profils, photos et vidéos, tchat via webcam.



Le Libertin

Le terme libertin (du latin libertinus, « esclave qui vient d’être libéré », « affranchi ») comporte deux acceptions principales :

• dans sa version d’origine, le libertin est celui qui remet en cause les dogmes et les codes moraux de la société, c’est un libre penseur dans la mesure où il est affranchi, en particulier, de la pensée religieuse ;

• le sens qui prévaut de nos jours se réfère au libertin de mœurs, c’est-à-dire celui qui s’adonne aux plaisirs charnels du sexe (voire à la sexualité de groupe) avec une liberté qui dépasse les limites de la morale conventionnelle, mais aussi avec un certain raffinement cultivé, cette pratique étant réservé à la bourgeoisie jusqu'au milieu du XXe siècle.

Libertinage intellectuel du XVIIe siècle

Dans la ligne de pensée du philosophe grec Épicure, le libertinage est un courant de pensée né au XVIe siècle en Italie (Cardan, Paracelse, Machiavel). Affirmant l’autonomie morale de l’homme face à l’autorité religieuse (liberté d’esprit), il débouche au XVIIIe siècle sur la forme moderne de l’esprit critique.
Critique envers le dogmatisme, le libertinage refuse la notion de système philosophique unique ; il se constitue davantage sur une multitude d'essais philosophiques portant sur divers thèmes, qui aboutissent toujours à la critique de la religion et du dogme.

Matérialistes, les libertins considèrent que dans l’univers tout relève la matière, maîtresse de l'ensemble des lois. Ils pensent que la compréhension du monde relève de la seule raison, reniant souvent la notion de Créateur divin.
Sur le plan politique, ils considèrent que les prêtres règnent sur les esprits grâce à la superstition. L'école de Padoue conteste en particulier la notion de miracles et d'oracles.

Alors que la monarchie française repose sur une légitimité divine, on comprend la menace que faisait peser ses individus indépendants de toute contrainte religieuse ou moraliste, établie par l’Église, l’État ou la Tradition. Ce d’autant que les libertins appelaient de leurs vœux la naissance d’une société reposant sur le mérite (et non les privilèges), dans un esprit de justice et d’entente sociale. Les prémices de la pensée révolutionnaire.

Ils considèrent que l'obéissance du peuple repose sur les mensonges des prêtres.
Ces idées sont ainsi exposées par G. C. Vanini « Si la liberté de penser est totale, il n’en est pas de même de la liberté d’expression qui doit s’imposer quelques règles. » (F. Charles-Daubert, 2004). Les libertins évoluaient dans des petits clubs de réflexion face au scepticisme qu'engendre une pensée anti-conformiste .

La politique est analysée comme étant essentiellement tromperie.

Si l’on ne retient aujourd’hui volontiers que l’aspect sensuel et immoral du libertinage, ce rejet d’une morale dogmatique se fonde sur la négation de l'existence de Dieu, qui légitime l’envie de jouir de sa vie terrestre.
Davantage qu'immoral, le libertinage prône un relativisme moral, pour lequel la morale chrétienne n'est pas un absolu, mais un mode de règlement des rapports sociaux, de la même façon que le sont les lois.


Le roman libertin du XVIIIe siècle

Difficile de parler d’écriture libertine sans évoquer les auteurs de romans libertins comme Crébillon, Sade ou Laclos, autant d’auteurs appartenant au siècle dit « des Lumières ». Pourtant des auteurs considérés comme « libertins » semblent se faire connaître dès le XVIe siècle, mais moins pour leurs œuvres que pour l’esprit frondeur qu’ils y instillaient. Ainsi, des historiens humanistes étaient taxés de « libertinage » de par leurs travaux qui remettaient en cause l’histoire officielle souvent complaisante envers la monarchie et ses représentants les plus influents.

Au XVIIIe siècle l’écriture libertine à proprement parler prend une toute autre dimension. Elle met en scène, à travers le roman, une liberté de penser et d’agir qui se caractérise le plus souvent par une dépravation morale, une quête égoïste du plaisir. Des œuvres majeures comme les Liaisons dangereuses de Laclos ou encore Les Égarements du cœur et de l'esprit de Crébillon fils, ont introduit de nouveaux codes, une nouvelle façon de penser, d’écrire et de décrire le libertinage.
La vie en société est présentée comme un jeu de dupe dont les libertins maîtrisent à la perfection les codes et enjeux. La séduction y est un art complexe que l’on entreprend par défi, désir ou amour-propre.
La femme est identifiée comme une proie à « entreprendre », qui finit plus ou moins rapidement par céder devant son « chasseur ». On retrouve bien souvent, prodiguée par un libertin, une initiation au jeu sexuel, au cynisme, au comportement à adopter en société, destinée à celui ou celle qui devra lui succéder dans ses préceptes. L’expression choisie est fine, raffinée, souvent allusive, tranchant avec une littérature dite licencieuse.

D'après Wikipedia

Pour aller plus loin dans l'univers du libertin :


Vous êtes un couple libertin ?

Inscrivez-vous gratuitement sur echangixme.com

Vous aimez participer à des soirées libertines ?
Inscrivez-vous gratuitement sur echangixme.com

Echangixme le site de tchat (Tchate) pour les femmes, les couples et les hommes adeptes des plaisirs du sexe et du libertinage.


 
 

A propos du libertinage

Les sites du réseau


A propos du libertinage

Navigation

Clubs libertins



Copyright © 2010-2018 - echangixme.com. | Tous droits réservés |€ webmasters €

- Retrouvez-moi sur Google Plus